2019-06 - Oc (4).JPG

Nous devons cette sélection de chants de marins à Armand

Nous devons cette sélection de chants de marins à Armand.

 Cants de marins

     

 

    

La mar - Nadau

   

1

La mar que va, la mar que ven,

Jamai pausar, totjorn combats. 

E ièu coma un batèu,                         

Perdut al pe del cèl,                          

Qu’ai viscut cent mila vidas,

Qu’ai cercat cent mila Americas.

 

Eh……entend, entend,

qu’es de la mer que ven lo vent.

 

2

La mar que va, la mar que ven,

Per mormolhar tot doçament.

E que ven me dire lo conte

De los marins del cap del monde,

De los que pringuèt,

E qu’an jamai tornat.

 

Eh……entend, entend,

qu’es de la mer que ven lo vent.

 

3                                                      

La mar que va, la mar que vent,         

Breçar mon cor dolent,                 

E ièu non sabi pas,          

Si es l’amor qu’a lo mal de mar, 

O la mar qu’a lo mal d’amor,      

Quand plora atal  sa cançon. 

                      

Eh……entend, entend,

Qu’es de la mer que ven lo vent.

                                                     

4                                                      

La mar que va, la mar que ven,          

Que pode portar l’ome tan luènh,       

La mar es un país,

Per los que n’an pas de país,     

La mar qu’es nostra terra ;       

Es de la mar que ven lo vent.

 

Eh……entend, entend,

Qu’es de la mer que ven lo vent.

La tramontana

   

1                            

Anirèi jamai a la pesca,                 

Per de que soi un pauc garèl, 

Pasmèns res me destorba,

D’aimar la mar luenh de mos uèlhs,

Quand i pensi, mon cor capvira,

Jamai aurèi lo mèu batèu,

Ièu talharèi pichot vaissèl,

Dins la lèuge amb mon cotèl.                   

 

Refràn

E pasmens, ièu soi content

quand ausissèm cantar una sardana,

quand ausissèm cridar lo gabiàn,

quand ausissèm  bufar la tramontana,  

quand ausissèm bufar lo vent d’autan !

dins los aubans……..

    

2

E se un jorn de marrit sort,

Luènh de la costa ièu me perdi

Amb la força del meu cor

Farei tot per tornar venir.

Buscant la terra catalana

Abrassolat per l’aiga brava

La Méditérrania qu’estimi

M’ensenharà lo bon cami.    

         

3                               

E quand bufara la tempèsta,

Degun sortira pas del port,

Sera per ièu coma una festa,

Demorarèi fàcia a la mort,

Se lou grand naufragi se sarra,

Lo tremalh sara mon linçol,

Ges de canot de salvavida,

Tot dretch, voli demorar sol !     

                                                          

Mikael Yaouank, la Tramontana.

    

Mar e montanha

M’agrada l’oliva de Nion,

M’agrada lo pont d’Avinhon, 

Tamben la clareta de Dia

E lo sound system de Marselha.

M’agrada lo ciele de Pau,

Lei carboniers de Caramauç,

Lei berlingaus de Carpentras

E lei filhas de La Ciotat. 

  Refràn                 
Mar e montanhas
Vila e campanha,
Entre l’Espanh e l’Italia es un país,
Es un país, un paradís,
Coma se ditz ?
Occitania !

  

  

Lo galerian

    

Ieu ausi amont lo gau

Que canta sus lo teume.

Adiéu patron Sigaud

Lo brande de Sant-Eume

Lo gau ò non lo gau

Fasèm coma se l'èra.

Lanlira, lanlèra

E vòga la galèra.

 

Ieu ausi lo siblet

Dau mèstre d'equipatge.

Adiéu lo risolet

Deis filhas dau ribatge

Siblet ò non siblet

Fasèm coma se l'èra.

Lanlira, lanlèra

E vòga la galèra.

 

Ieu vèsi Garlaban

Amé la Santa-Bauma.

Fau metre pè sus banc

La Magdalena embauma.

S'aquò's pas Garlaban

Fasèm coma se l'èra.

Lanlira, lanlèra

E vòga la galèra.

 

Ieu ausi lo trinhon

De Santa Reparada.

De Naple en Avinhon

N'avèm qu'una estirada.

Trinhon ò trinhon

Fasèm coma se l'èra.

Lanlira, lanlèra

E vòga la galèra.

 

Ieu vèsi au mirador

Roson tot'esmoguda

Amé son mocador

Nos fa la benvenguda.

S'es pas lo mirador

Fasèm coma se l'èra.

Lanlira, lanlèra

E vòga la galèra.

Paraules per Frederic Mistral.

​​

​​​

Estela del marin      

​​

Estèla de la mar, dins los marrits passatges   

Apara los marins , velha sus l’equipatge

E que ajan bon temps, tostemps,

E que ajan bons vents, sovent, sovent !       

                      

1

Luènh de la terra maire

M’emporta lo vaissèl

Ièu paure carinhaire

Me planhi dusc’al cèl

Qu’ai daissat ma bella

Que m’es tan fidèla

Me’n tornarai !

 

2

Los que fugissèn la guerra

Desfisan los meichants vents

Que cercan bonna terra

Qu’espèran melhors temps,

Son tamben nostres fraires

Ajuda-los pecaire

Que vivan en paz!

 

Vielha pregaria processionàra de Gasconha

​​

​​​

Adieu Venesa provençala

1

Car pichot vilatge au bord de la mar,             

Ièu te quite en gatge tot ço que m’es car, 

L’estiu eternau d’un cèu encantat       

Ont’creguèri viure tant de somis.                   

Pais de mon cor, me cau aquel jorn

Luènh de tu me’n anar per totjorn !

          

 Refràn

Adieu Venesa provençala

Adieu pais, de mas amors.

Adieu cigalons e cigalas

Dins los pinhièrs, cantatz totjorn!

Barcas de doças colors

Colas rossèlas de flors

Plan luènh me’n vau.

 

2                                

 Lo cor plen de dolor!

La filhèta  bruna que m’avià sovent,

Al clar de la luna, fach de juraments

Dins sa man polida a bressat d’un cop

Mos espèris e tota ma tendressa,

Es perque me cau sos uols doblidar,

E de ton cèu tan blau me’n anar!

Revirat en francés (Vincent SCOTO)

    I a quatre marins

1

I a quatre marins  sus l’onda, plan luènh de lors amors(bis)

Quand tornaràn sus terra  gué fa la la la laridé,

Cal los faire dansar, gué fa la la  ridé ! (bis)*

 

 2

Las, la mar es prigonda, los vents descadenats, (bis)

De l’estremal que bronza,  se sarra la chavana,

La miseria que brama, tusta lo tartanièr ! (bis)

 

3

I a força patiment, per lo brave marin, (bis)

Li cal força valença, dur a l’obr’ e solet,

Per emplenar l’absença, cant’al vent son torment.

4

Quatre paures pescaires, que costejan l’infern (bis)

Ausissent lors pregarias, bravejant los perilhs

Venguèron los salvaires, los tirant de l’abis !(bis)

5

I a quatre marins sus terra, al prèp de lors amors(b)

Deman a la primalba gué fa la la la laridé

Tornaràn a la pesca  Gué fa la laridé. (bis)      

 

Hugues  AUFFRAY.

You tube : Hugues Auffray, Quatre marins.

Recantar los dos vèrses.

 Chants de marin

 

    

    

La Mer

   

1

La mer, elle va, la mer elle vient,
Jamais de repos, toujours combat.
Et moi comme un bateau,
Perdu au pied du ciel,
J'ai vécu cent mille vies,
J'ai cherché tant d'Amériques.

 

Hé... Entend, entend,
C'est de la mer que vient le vent.

2

La mer elle va, la mer elle vient,
Murmurer tout doucement.
Elle vient me dire le conte
De ces marins du bout du monde,
De ceux qu'elle avait pris,
Et qu'elle n'a pas rendus.

 

Hé... Entend, entend,
C'est de la mer que vient le vent.

3

La mer elle va, la mer elle vient,
Bercer mon coeur malade,
Et moi je ne sais pas bien,
Si c'est l'amour qui a le mal de mer,
Ou la mer qui a le mal d'amour,
Quand elle pleure  sa chanson.

​​

Hé... Entend, entend,
C'est de la mer que vient le vent.

4

La mer elle va, la mer elle vient,
Elle peut porter l'homme si loin,
La mer c'est le pays,
De ceux qui n'ont pas de pays,
La mer c'est l'autre terre ;
C'est de la mer que vient le vent.

 

Hé... Entend, entend,
C'est de la mer que vient le vent.

La tramontane

1

 Je n’irai jamais à la pêche,

Parce que je suis un peu boiteux,         

Et pourtant rien ne m’empêche,              

D’aimer la mer loin de mes yeux.      

Lorsque j’y pense mon cœur chavire,    

Je n’aurai jamais mon bateau,

 Je taillerai petit navire,    

Dans du liège avec mon couteau.

Refrain

Et pourtant, je suis content

quand on entend chanter une sardane,

quand on entend chanter le goéland,

quand on entend souffler la tramontane,

quand on entend souffler le vent d’autan !

dans les aubans…

  

2                                 

Et si un jour de mauvais sort

Loin de la côte je me perds

Avec la force de mon cœur

Je ferais tout pour revenir

Cherchant la  terre catalane

Bercé par les beaux flots bleus

De ma Méditerranée que j’aime tant

Qui m’indiquera le bon chemin.

3

Peut-être qu’un jour de tempête,

Nul ne pourra sortir du port,  

Ce sera pour moi jour de fête,                  

Je resterai « tous à la mort » !

Si par hasard je fais naufrage,

Le filet sera mon linceul,

Pas de canot de sauvetage,

Debout je veux rester seul !     

      

Mikael Yaouank, la Tramontane.

Mar e montanha

M’agrada l’èr de l’ocean   
E lo muscat de Frontinhan,
La tarasca de Tarascon,        
E mai l’òme dau cròs Manhon.
M’agrada lo vin dau Carcin,
Lei trobadors dau Lemosin,
La Magalí de Sant Canat
E lei filhas de La Ciutat.   

           

Segur mi plai Niça la bèla           
E mai lei tripous de Naucèla,     
Anar vesitar Carcassona,
Faire d’esquí a Barcilona.
M’agrada Tolosa e Menton     
E çò que sabètz a Condom,
Mi plai lo fetge de Sarlat
E lei filhas de La Ciutat.

Moussu T e lei enfans.

  

  

Le galérien

   

J’entends là-haut le coq

qui chante sur le tillac.

Adieu Patron Sigaud

Le Branle de Saint Elme

Le coq ou pas le coq

Faisons comme si ça l’était.

Lanlire lanlère

Et vogue la galère.

 

J’entends le sifflet

Du maître d’équipage.

Adieu le joli rire

Des filles du rivage.

Sifflet ou pas sifflet

Faisons comme si ça l’était.

Lanlire lanlère

Et vogue la galère.

 

Je vois le Garlaban

Et puis la Sainte-Baume.

Il faut mettre pied sur banc

La Madeleine embaume.

Si ce n’est pas Garlaban

Faisons comme si ça l’était.

Lanlire, lanlère

Et vogue la galère.

 

J'entends la cloche

De Sainte Reparada.

De Naple en Avignon

Nous n’avons qu’un court trajet.

Si ce n’est pas la cloche

Faisons comme si ça l’était.

Lanlire, lanlère

Et vogue la galère.

 

Je vois au Belvédère

Rose tout émue

Qui avec son mouchoir

Nous souhaite la bienvenue.

Si ce n’est pas le belvédère

Faisons comme si ça l’était.

Lanlire lanlère

Et vogue la galère.

Paroles de Frederic Mistral.

Etoile du marin

      

Etoile du marin, lors des méchants passages

Protège le marin, veille sur l’équipage

Qu’ils aient toujours beau temps, longtemps !

Qu’ils aient toujours bons vents, souvent... !

 

1                                               

Loin de la terre mère                           

M’emporte le vaisseau   

Et moi pauvre amoureux     

 Je prie le ciel                

Car j’ai laissé ma belle         

Qui me reste fidèle      

 Je reviendrai !  

  

2

Pitié pour ces tristes gens                       

Fuyant leurs pauvres contrées

Défiant le froid, la peur, la faim !

Ils sont aussi  nos frères

Soutiens- les bien peuchère

Ouvrons leur bien nos frontières

Qu’ils vivent en paix !

Vieille prière pour processions de Gascogne

​​

​​​​​​​

Adieu Venise provençale

1

Cher petit village au bord de la mer,

Je te laisse en gage tout ce qui m'est cher,

L'éternel été d'un ciel enchanté

Où j'ai cru vivre un jour tous mes rêves.

Pays que j'aimais je dois désormais

Loin de toi m'en aller à jamais
 

Refrain
Adieu Venise provençale

Adieu pays de mes amours.

Adieu cigalons et cigales

Dans les grands pins chantez toujours!

Barques aux douces couleurs

Collines rousses de fleurs

Au loin je pars je vous laisse mon cœur.

 

2

Lo cor plen de dolor !
La fillette brune qui m'avait tout bas,
Au clair de la lune fait de beaux serments
Dans sa jolie main a brisé soudain
Mes espoirs et toute ma tendresse,
C'est pourquoi je veux oublier ses yeux,
Et quitter cher pays ton ciel bleu !

Traduit en français (Vincent SCOTO)

Il y a quatre marins

  

1

 Y'a quatre marins sur la mer, loin de leur amitié,(bis)
Quand ils viendront à terre, gué fa-la-la la-la-liré,
Nous les ferons danser, gué fa-la-la ridé !

(bis)


2

Et la vague est profonde et le vent déchaîné, (bis)
De l'horizon qui gronde, monte une houle sans pitié,
C'est la misère du monde, qui cogne au chalutier (bis)​

  

3
Y'a bien de la souffrance pour les gens de la mer, (bis)
Le coeur plein de vaillance, dur au labeur solitaire,
Aux croisées de l'absence, ils chantent leur calvaire.

 

4
Y'a quatre marins pêcheurs aux portes de l'enfer (bis)
Ils entendirent leurs prières, bravant le diable et la peur
Ils les ramènent à terre !(bis)

    

5
Y'a quatre marins sur la terre près de leur bien-aimée
(b)
Demain dès l'aube claire, gué fa-la-la la-la-lir
Ils reprendront la mer, gué fa-la-la ridé. (bis)

Texte traditionnel marin, modifié par Hugues Aufray et repris par Tri Yann.

Rechanter les deux tercets.

Video : cliquez ci-dessous​​

La mer.jpg

Video : cliquez ci-dessous​​

Tempête.webp

Video : cliquez ci-dessous​​

Mer et montagne.jpg

Video : cliquez ci-dessous​​

Le_galérien.jpg

Video : cliquez ci-dessous​​

Mer houleuse.jpg

Video : cliquez ci-dessous​​

Venise_provençale.jpg

Video : cliquez ci-dessous​​

Il y a 4 marins.jpg